Frisch eingetroffen, Zeitraumexit, Mannheim (Sept. 2003)

Superformances, Forum itinérant, Strasbourg (Sept. 2003)

Family Fest, Dancing Flower Bar by Claude Sandoz, Seedamm Zentrum, Pfäffikon (March 2004)

Accrochage, Musée Cantonal des Beaux-Arts, Lausanne (Oct. 2004)

IMPEX, Kaskadenkondensator, Basel (Feb. 2005)

Soirée Vidéo Performance, Kunstart, Neuchâtel (Sept. 2006)

Sommerakademie, Centre Paul Klee, Bern (July 2007)

Fertiles Différences, Galerie Analix Forever, Geneva (Jan. 2008)

Grogne grogne la Gorgone … M’isoler, pour mieux t’aimer ! … L’eau de tes yeux, Adonis … Jamais je ne veux tes yeux loin de mes yeux ! … Prendre soin de toi / me donner comme mission…

Je me suis inspirée ici du mythe moderne de la Gorgone, qui, comme les sirènes de l’Odyssée, vit dans la mer, hante les marins et décide de leur destin. J’ai cherché à développer un timbre de voix plus grave et plus profond. Enceinte, me sentant habitée d’une animalité sauvage.

​

Un éclairage violacé crée une atmosphère étrange et marine. Des voix comme des appels bestiaux ondulent au loin, s’ajoutent et se superposent les unes aux autres. Les ombres de la créature se démultiplient alors qu’elle entre dans la lumière. La gorgone gémit, grogne ; elle fusille ses spectateurs du regard. Elle se fâche contre les dieux», puis s’adoucit le temps d’une berceuse. Avec ses gestes, elle déclenche des sons, apportent des modifications au décor. Après une quinzaine de minutes, elle s’en va, emportant avec elle une part de son mystère, un cri strident comme dernier mot.

​

Inspired by the modern Greek myth of the Gorgon, I created a hybrid character as a beast evolving in an aquatic atmosphere. Pregnant, I felt myself half-woman half animal, and I developed a special voice stamp to express how I feel in this changing body.

​

In violet light, the curved creature arrives on stage accompanied by groans and superimposed voices. Its songs intoxicate the visitors, and its words, infused with pain and fear, inspire respect and empathy. Seeming to have appeared from nowhere, Gorgona terrorises the assembly for some minutes, then leaves the scene with a strident cry.

​

​

​

​

​

​

​

​

composition & performance: Geneviève Favre Petroff

light and sound: Antoine Petroff

« Gorgona est une violente déclamation où s’exaspère le sentiment ambivalent de celle qui donne la vie et comprend qu’elle donne aussitôt la mort, qu’il lui incombe déjà – à elle qui se croyait juste amour – d’en imprimer le sens en son coeur même. »

Emmanuel Latreille (director of FRAC Occitane Montpellier)